LÉGISLATIVES – David Rolland, candidat du Front des Patriotes Républicains

Quinze candidats sont en campagne pour devenir le député de la troisième circonscription des Français de l’étranger. Ils ont accepté de répondre à nos questions : Qui sont-ils ? Quels sont leurs motivations ? Quelles sont leurs propositions ? Autant de questions auxquelles a répondu David Rolland, candidat du Front des Patriotes Républicains (FPR).

Pouvez-vous vous présenter et décrire votre parcours (politique, professionnel, associatif, etc.) ?

Je suis M. Rolland David né en 1974 à Belfort dans une famille de quatre enfants dont je suis l’aîné. Issu d’un milieu social moyen, je suis allé jusqu’au BEP/CAP Electrotechnique pour ensuite rentrer en école Sous-Officier de St-Maixent, l’école sous la 152ème promotion. Maréchal des Logis (sergent) dans l’Armée Blindée Cavalerie, j’ai terminé au 4ème Régiment de Chasseurs à Gap en 1999. Venu en Irlande afin d’apprendre la langue de Shakespeare, j’ai rempli des fonctions de serveur jusqu’à manager en restauration, j’ai créé ma propre compagnie Rolland Electrical, puis je suis devenu chauffeur de bus pour la ville de Dublin. Dans le même temps, une jeune et belle Irlandaise m’a subjugué et de fil en aiguille, je me suis retrouvé marié avec deux beaux enfants. Une fille de 15 ans et un fils de 5 ans né prématurément.

Impliqué et actif dans différentes associations caritatives comme ‘Premature Babies‘ , ‘Herve’s smiles for Miles‘, j’aide et je soutiens du mieux que je peux ceux qui sont dans le besoin ; je crois en la solidarité active et quand je me donne, je me donne à fond. Ainsi, passionné de judo, j’ai créé un club en 2006 où je suis sensei (entraineur). Pour cela, je possède Child Protection (diplôme de protection de l’enfant) où je suis de niveau 3, le plus haut niveau, et bien entendu First Aid Active spécialisation Sport. Je suis aussi Arbitre National et me prépare pour Arbitre Européen. Vous constaterez que je connais donc le sens des mots endurance et persévérance. Finalement, ensemble agissons pour un vrai changement le 4 Juin prochain. Votez pour moi, et, faisons entendre enfin la voix des vrais Français de l’étranger !

Quels sont vos liens avec cette circonscription ? Avez-vous un ancrage local ou résidez-vous dans l’un des dix pays de la circonscription ?

J’ai découvert l’Irlande alors que j’étais étudiant, et y venais pour apprendre la langue de Shakespeare. J’y ai au final rencontré une Irlandaise qui allait devenir ma femme et me donner deux beaux enfants. C’est ainsi que je vis depuis dix-sept ans en République d’Irlande, marié à une Irlandaise, et attaché à ce magnifique pays où les gens sont droits, directs et attachés à leurs racines, ce qui me convient parfaitement.

Quelles sont les raisons et les motivations qui vous ont poussé-e à déposer votre candidature ? Que représente pour vous le fait d’être député-e de la troisième circonscription des Français de l’étranger ?

Je me suis engagé car j’en avais assez de tous ces politiciens qui parlent beaucoup mais qui finalement ne font rien… J’ai trouvé au Front des Patriotes Républicains (FPR) des valeurs et des objectifs qui me correspondent et me conviennent. J’ai donc dans un premier temps adhéré et finalement j’ai décidé de me lancer dans cette campagne et de me présenter devant les électeurs de la 3ème circonscription des Français de l’étranger, car je les connais bien, depuis dix-sept ans, je sais quels sont leurs préoccupations, leurs besoins. Je pense donc être parfaitement à même de les défendre. En tant que résident dans cette circonscription, je suis directement concerné par ce qui se passe et par ce que nous subissons en tant que Français de l’étranger ; plus encore quand on appartient comme moi aux classes moyennes, les problèmes je les vis et je les subis ! Je pense donc pouvoir satisfaire nos compatriotes, de la même façon que je l’ai fait sur le plan syndical ou associatif.

Quel regard portez-vous sur le bilan et l’action de la députée sortante Axelle Lemaire et de son suppléant Christophe Premat ? En quoi auriez-vous agi différemment ?

Concernant son bilan au Secrétariat d’État au numérique et à l’innovation, je ne m’estime pas compétent pour le juger. Par contre, comme députée, il faut bien admettre que ce jeu de yoyo entre elle et son suppléant, puis entre elle et ses fonctions gouvernementales n’a pas été constructif pour les Français de la circonscription.

Le cumul des mandats fait débat, et je fais partie de ceux qui pensent qu’on ne peut pas exercer de telles responsabilités à temps partiel ! Les Français ont droit à plus de respect et à plus d’attention ! Au moment du Brexit par exemple, alors que nos compatriotes se posaient beaucoup de questions et alors qu’ils sont toujours très inquiets sur ce qui va se passer, je pense que le rôle d’un député était de mettre en place un site dédié, lister tous les problèmes de nos compatriotes et y répondre !

En tout cas, c’est ce que j’aurais fait, et c’est ce que je ferai si je suis élu. 

Par ailleurs, Mme Lemaire a quitté le gouvernement pour s’engager et soutenir la candidature de Benoît Hamon, qui n’a recueilli que 6.3% des voix à l’élection présidentielle, et a été rejeté en masse par les Français. Puis elle a essayé de se “rabattre” sur En Marche et de récupérer leur investiture dans sa circonscription, qu’elle n’a finalement pas obtenue : mais où sont ses convictions ? Où est son programme pour les Français de la circonscription ? Elle est un pur produit de cette oligarchie politique dont les Français ne veulent plus, sans convictions, sans idéologie, pour qui la politique, c’est juste un job bien payé !

Si vous ne deviez en citer que trois, quelles seraient vos principales propositions pour les Français-es établi-e-s en Europe du Nord ?

En tant que père de famille, je veillerais tout particulièrement à défendre notre programme concernant la scolarisation de nos enfants ; pour moi scolariser ses enfants dans le système scolaire français à l’étranger ne doit pas être un luxe mais un droit. Or, avec des frais moyens de près de 5.000 € par an (sur l’ensemble des lycées français à travers le monde), peu de ménages français peuvent suivre ! Nous proposons donc de lancer un vaste plan école, à l’image de celui qui a été initié à Londres, mais au niveau de toute la circonscription, afin d’augmenter rapidement le nombre de places. Nous demandons également à ce que les enfants de nationalité française soient prioritaires dans ces établissements et qu’ils bénéficient de la gratuité totale des frais d’écolage. Nos enfants sont les garants du rayonnement de la France dans le futur, il faut donc nous aider à les scolariser dans les lycées français. Pour ceux par contre qui en sont trop éloignés ou qui ne le souhaitent pas, il faut développer les filières d’alternance (plus de classes bilingues dans les lycées de nos pays d’accueil, plus de cours en ligne, accessibles gratuitement…).

En tant que père de famille, je suis également attaché à la protection sociale. Quand mon fils est né, il était prématuré, il est donc malheureusement né avec une déficience importante et est handicapé moteur. On ne sait jamais, même quand on est jeune, ce qui va nous tomber dessus (accident, maladie…), tout peut arriver à tout moment ! La France est certainement le pays le plus avancé dans le monde sur le plan de la protection sociale de ses concitoyens. Par contre, dès lors qu’on quitte le territoire, on nous oublie, on nous ignore, et quand on rentre au pays, on n’a même pas droit à la PUMA, on doit respecter un délai de carence avant de souscrire une nouvelle protection sociale complémentaire : cela est injuste et inacceptable. Je souhaite donc être particulièrement actif sur ces points-là.

Enfin, comme tout Français, je comprends la nécessité des impôts, mais quand ils sont injustes ou injustifiés, je ne comprends plus ! Je veux donc lutter contre les multiples injustices fiscales qui nous touchent directement:

  • la CSG/CRDS sur les revenus du patrimoine, qui nous a été appliquée à partir de 2012, puis suspendue en 2015, et que Bercy envisage actuellement de rétablir sous une nouvelle forme, pour pouvoir contourner la décision de la Cour Européenne de Justice.
  • la taxation des résidences de nos compatriotes qui conservent leur ancienne résidence en France, imposée en résidence secondaire.
  • les prélèvements sociaux opérés en France sur les retraites des non-résidents, et qui sont sans fondement.

Si vous êtes élu-e à l’Assemblée nationale, quelles seront vos priorités pour la circonscription ? Comment comptez-vous mener votre action ?

Indépendamment des trois points que je viens de détailler et dont je ferais ma priorité, je mettrais en place une cellule dédiée au Brexit, pour les Français de Grande-Bretagne, et je commencerais par mobiliser toutes les personnes concernées (élus, parents, entreprises) pour démarrer mon grand plan école en Europe du Nord.

Selon vous, quels sont les principaux défis et problématiques de l’Europe du Nord dans les prochaines années ? Si vous êtes élu-e à l’Assemblée nationale, comment comptez-vous agir et vous investir sur ces dossiers ?

L’Europe du Nord est en train de vivre une grande mutation sociale et son modèle de solidarité, d’intégration et de bien vivre ensemble est mis à mal. Je pense que la communauté française, qui est importante, doit prendre part à cette réflexion et à cette évolution. La montée de l’extrême droite est un défi que nous devons tous gérer ; il fait débat et doit nous inciter à réfléchir et à apporter de vraies solutions, ensemble.

Comment envisagez-vous les relations entre l’Europe du Nord et la France à l’avenir ? Comment ces liens pourraient-ils être renforcés ?

Notre proximité géographique, historique et démocratique est un lien fort. Mais c’est vrai qu’on a encore beaucoup à apprendre les uns des autres. L’Europe du Nord s’en sort mieux que nous sur le plan économique, sur le plan du chômage, et elle a toujours été un laboratoire d’innovation sociale. Je pense donc qu’il faut créer une commission parlementaire pour aller plus loin dans cette réflexion commune et ces échanges, puis engager des actions concrètes.

Si vous êtes élu-e à l’Assemblée nationale, quelle sera votre attitude par rapport au nouveau Président de la République ? Vous inscririez-vous dans la majorité gouvernementale ou bien seriez-vous dans l’opposition ?

Emmanuel Macron a surtout fait du marketing électoral jusqu’ici, et son gouvernement est tellement hétéroclite et porteur de convictions individuelles tellement divergentes que je me demande franchement quelle politique il va mener ! Donc pour l’instant, j’attends surtout de voir ce qu’il va concrètement faire et proposer avant de me prononcer. Au Front des Patriotes Républicains, nous avons des convictions, et nous ne sommes ni à vendre ni à corrompre. Si ce nouveau gouvernement va dans la bonne direction, je le soutiendrais ; si par contre il ne respecte pas ses engagements ou propose de mauvaises choses pour les Français de ma circonscription en particulier, je le combattrais !

C’est d’ailleurs la grande différence entre voter pour le candidat En Marche et voter pour le FPR, car le candidat En Marche sera obligé de voter oui à tout, nous non : nous apportons la garantie et la sécurité aux Français que ce sont bien leurs aspirations qui resteront la préoccupation principale.

Pour conclure, pour quelle(s) raison(s) aimez-vous l’Europe du Nord ? Un élément en particulier (culture, histoire, nature, patrimoine, société, etc.) vous fait-il apprécier d’autant plus cette circonscription ?

Je vous avouerai tout simplement que c’est en premier lieu pour mon épouse, pour l’Irlande et les Irlandais. D’ailleurs, si on remonte un peu dans les relations historiques, les Irlandais ont toujours été impliqués aux côtés, voire dans l’armée française. Mais depuis dix-sept ans que je vis dans cette partie du monde, j’ai aussi appris à apprécier et à mieux découvrir les autres pays qui la composent (j’ai beaucoup d’amis en Grande-Bretagne, Suède, Norvège), et à l’aimer dans sa globalité, sa diversité. J’ai donc plus que jamais envie de me battre pour elle et pour mes compatriotes qui y résident et sont heureux et fiers d’y résider, comme je le suis moi-même.

Vous pouvez aussi retrouver David Rolland sur Facebook et Twitter.

Vous pourriez aimer

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :