LÉGISLATIVES – Pierre-Alexandre Greil, candidat de l’Union Populaire Républicaine

Quinze candidats sont en campagne pour devenir le député de la troisième circonscription des Français de l’étranger. Ils ont accepté de répondre à nos questions : Qui sont-ils ? Quels sont leurs motivations ? Quelles sont leurs propositions ? Autant de questions auxquelles a répondu Pierre-Alexandre Greil, candidat pour l’Union Populaire Républicaine (UPR).

Pouvez-vous vous présenter et décrire votre parcours (politique, professionnel, associatif, etc.) ?

Né à Béthune, dans le Pas-de-Calais, en 1982, diplômé de Sciences-Po Paris et de la London School of Economics (où j’ai fondé et présidé une association étudiante qui existe toujours), membre de l’Institut des Experts Comptables d’Ecosse, je vis à Londres depuis maintenant onze ans. Croyant et citoyen engagé, j’ai notamment été Special Constable (officier de police volontaire) entre 2011 et 2013. Ma passion pour les questions politiques et mon engagement pour la défense de l’intérêt général face aux intérêts particuliers m’a logiquement amené à rejoindre l’Union Populaire Républicaine en 2014. Celle-ci est présente dans 107 pays du monde et compte 201 adhérents en Europe du Nord.

Quels sont vos liens avec cette circonscription ? Avez-vous un ancrage local ou résidez-vous dans l’un des dix pays de la circonscription ?

Cf. ci-dessus.

Quelles sont les raisons et les motivations qui vous ont poussé-e à déposer votre candidature ?

J’ai toujours été un citoyen engagé et passionné par les questions politiques. Or, nous sommes dans un monde qui change très rapidement: la recomposition géopolitique internationale s’accélère, les anciens clivages politiques sont en train de céder la place à de nouveaux. Comme dans toute fin de cycle historique, la prise de conscience citoyenne s’accélère. Dans ce contexte plein d’opportunités mais aussi de dangers, il faut en politique des hommes et des femmes honnêtes, neufs, flexibles, qui, à la fois, connaissent leur histoire, voient loin et vont au fond des choses. Je pense en faire partie.

Que représente pour vous le fait d’être député-e de la troisième circonscription des Français de l’étranger ?

L’opportunité de représenter la France dans des pays toujours soucieux de leur liberté qui ont depuis longtemps été à l’avant-garde du progrès humain. Le Royaume-Uni a inventé la démocratie et les libertés publiques et a accueilli la France Libre en 1940, les pays scandinaves représentent un modèle original conciliant efficacité économique, démocratie et solidarité. Quant à l’Irlande, elle a avec nous des relations profondes amicales depuis le Moyen-Âge. Les pays d’Europe du Nord ont généralement et chacun à leur façon réussi un alliage original entre traditions et modernité et à bien des titres, nous ont indiqué une voie à suivre.

En ces temps de négociations sur le Brexit et alors que l’Union Européenne telle que nous la connaissons n’est plus viable, le choix de leur député est donc d’une importance capitale pour les Français établis en Europe du Nord.

Quel regard portez-vous sur le bilan et l’action de la députée sortante Axelle Lemaire et de son suppléant Christophe Premat ? En quoi auriez-vous agi différemment ?

A titre personnel j’ai beaucoup d’estime pour Axelle Lemaire. Son action en tant que membre du gouvernement fut méritoire sur la question du numérique. Je crois néanmoins que son tropisme européiste ne lui permettra pas d’établir une relation de confiance avec le gouvernement de Theresa May pour défendre les intérêts de nos compatriotes au Royaume-Uni.

Par exemple, Axelle Lemaire affirme vouloir plus d’Union Européenne, cette mantra de la classe politique française traditionnelle, tout en s’étant battue contre la Commission Européenne pendant des mois sur le développement du numérique en France. Tout cela est totalement contradictoire. Pour gouverner comme pour défendre les intérêts de nos compatriotes, il faut être cohérent, savoir choisir. Ayant contribué à titre individuel à la campagne du “Leave” au Royaume-Uni, je serai capable de nouer un partenariat de confiance avec le gouvernement britannique pour représenter les intérêts de nos compatriotes. Il est de notre intérêt que le Royaume-Uni puisse négocier le meilleur accord de sortie possible avec Bruxelles.

Si vous êtes élu-e à l’Assemblée nationale, quelles seront vos priorités pour la circonscription ? Comment comptez-vous mener votre action ?

Au-delà de la question du Brexit, je défendrai le développement de l’offre en matière d’éducation (programmes FLAM, soutien aux projets immobiliers des lycées français, coopérations avec les Alliances françaises, formation continue et aide au détachement des enseignants, implantation des programmes français dans les écoles publiques, etc.).

J’entends aussi apporter un soutien fort aux entrepreneurs, notamment dans les domaines de pointe de la French Tech à Londres tels que la cybersécurité, les nanotechnologies, le développement durable et les sciences de la vie.

Je veillerai enfin à l’équité du traitement des Français de l’étranger en matière de fiscalité, de retraite, de couverture santé et de simplification des procédures administratives.

Si vous êtes élu-e à l’Assemblée nationale, quelle sera votre attitude par rapport au nouveau Président de la République ? Vous inscririez-vous dans la majorité gouvernementale ou bien seriez-vous dans l’opposition?

Monsieur Macron est la dernière tentative de l’oligarchie euro-atlantiste et de ses relais médiatiques pour retarder ou garder la main sur l’inévitable recomposition politique qui s’amorce en France et qui signera la fin d’un projet politique d’unification européenne hors de contrôle.

Compte tenu du programme et des signes inquiétants envoyés par le nouveau Président de la République, si je suis élu, j’aurai pour priorité de m’assurer de la compatibilité des propositions de son gouvernement avec notre Constitution.

Pour conclure, pour quelle(s) raison(s) aimez-vous l’Europe du Nord ? Un élément en particulier (culture, histoire, nature, patrimoine, société, etc.) vous fait-il apprécier d’autant plus cette circonscription?

Cf. réponse à la 4e question

Vous pouvez aussi retrouver Pierre-Alexandre Greil sur Facebook et Twitter.

Vous pourriez aimer

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :