En Suède, l’amour plus fort que la mort

C’était un jour comme les autres en Suède, un jour calme et paisible. L’hiver laissait place au printemps, les nuages au soleil. Les Suédois, comme tous les vendredis, sortaient en ville pour profiter du beau temps et faire les boutiques, simples plaisirs de la vie. Ce vendredi après-midi aurait pu être comme n’importe quel autre, mais la joie s’est transformée en effroi, les centre-villes bondés se sont transformés en déserts, le bruit des voitures et des discussions s’est transformé en un lourd silence. Vendredi 7 avril, la Suède a été touchée en son cœur, mais le pays a su prouver qu’ici l’amour est plus fort que la mort.

On n’est jamais préparé à faire face à ce genre d’événements. La banalité de la vie est soudainement balayée par une vague d’incompréhension et de désarroi. Ce vendredi après-midi, comme tout le monde en Suède, je m’apprêtais à sortir en ville. Malheureusement, la notification qui est apparue sur mon téléphone et le flot d’informations qui commençait à se déverser sur Twitter m’ont scié sur place. J’avais quitté la France en espérant laisser derrière moi ce climat anxiogène et cette menace permanente. J’étais heureux de vivre en Suède, dans ce qui ressemblait presque à une utopie. Pourtant, pas plus protégée qu’un autre pays, la Suède a été touchée en son cœur.

Le lieu de l’attentat n’a pas été laissé au hasard. Drottninggatan est un lieu symbolique de Stockholm et d’un mode de vie à la suédoise. La longue rue piétonne est située à quelques centaines de mètres de la gare centrale de la capitale, du Palais royal et du Riksdag, le Parlement. C’est un symbole de l’insouciance et de la joie de vivre des Suédois, de la joie de flâner en centre-ville, de la joie de retrouver ses amis pour un fika. C’est aussi le symbole de l’ouverture au monde de la Suède. Dans cette rue se rencontrent des Suédois de tous les horizons, de toutes les origines, mais aussi des touristes du monde entier. En attaquant cette rue, la Suède a été touchée en son cœur.

Je savais mon attachement tout particulier à la Suède, mais ce vendredi après-midi m’a permis de réaliser pleinement l’amour que je porte à ce pays. La nouvelle de l’attaque m’a déboussolé et m’a malheureusement rappelé ce que j’avais éprouvé pour Paris ou pour Nice. J’ai passé mon après-midi à regarder la télévision suédoise pour comprendre, rien qu’un peu. Je ne suis pas sorti ce jour-là, scotché que j’étais sur mon écran. La joie et l’insouciance de cette vie suédoise s’étaient soudainement envolées. Ce vendredi, j’ai compris qu’au fond de moi j’étais désormais un peu suédois. Cet attentat m’a touché personnellement comme si l’on attaquait les miens, comme si l’on s’en prenait à mon pays. Ce vendredi, comme la Suède, j’ai été touché en plein cœur.

Heureusement, la Suède a réagi. Toujours fidèles à leurs valeurs, les Suédois ont prouvé leur unité, leur solidarité, leur confiance, leur cohésion, leur espoir, leur force. A peine quelques heures après l’attaque, des milliers de Suédois ont afflué dans les rues de Stockholm pour déposer des bougies et des fleurs sur les lieux du drame. Samedi, des rassemblements ont eu lieu dans tout le pays. La princesse héritière Victoria est venue déposer quelques fleurs, les yeux pleins de larmes, comme un symbole de la nation toute entière : émue mais forte face à l’adversité. Dimanche, ce sont quelques 20 000 personnes qui se sont rassemblées près de la gare centrale de la capitale pour rendre hommage aux victimes et pour prouver que l’amour est plus fort que la mort. La Suède a été touchée en son cœur, certes, mais elle a su se relever et faire face à cette douloureuse épreuve.

J’espérais ne jamais avoir à éprouver cette douleur et ce sentiment d’impuissance en venant en Suède. Malheureusement, l’horreur fait des ravages partout. Je suis heureux de vivre dans un pays qui a su montrer au monde comment répondre à la haine : avec dignité et avec compassion. La Suède ne reniera pas ses valeurs en réponse à l’horreur. Non, la Suède, la main sur le cœur, a fait de ses valeurs une réponse à tous ceux qui voudraient l’atteindre. Plutôt que de diviser, cette attaque n’a fait qu’unir encore davantage les Suédois. Peu importe leurs origines, leur genre, leur religion. A un journaliste qui lui posait la question « Comment avancer et passer à autre chose ? », la princesse héritière Victoria a répondu « Ensemble ». Je crois que, dans ce drame, c’est la plus belle réponse que la Suède pouvait offrir au monde.

Crédits • Peter Summers
La Princesse Victoria est venue déposer un bouquet de roses rouges sur les lieux de l’attaque. • Crédits : Peter Summers
Crédits • VisitStockholm
Quelques 20 000 personnes se sont rassemblées sur Sergels Torg, grande place à côté de la gare centrale. • Crédits : Sweden.se
Crédits • VisitStockholm
Les Suédois offrent des fleurs aux policiers. • Crédits : VisitStockholm
Crédits • VisitStockholm
Une personne brandit une pancarte sur laquelle est écrit : « L’amour pour tous, la haine pour personne » • Crédits : VisitStockholm
Crédits • Jessica Gow pour Reuters
Les Suédois déposent des fleurs sur un véhicule de police. • Crédits : Jessica Gow pour Reuters
Crédits • Marcus Tagesson
Les Suédois se recueillent par milliers sur la place Sergels Torg. • Crédits : Marcus Tagesson

Vous pourriez aimer

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :