Une journée pour découvrir Tallinn

All-linn • Ville basse

Lors de mon séjour à Helsinki (voir l’article), je me suis rendu une journée à Tallinn. L’idée de partir pour la capitale estonienne n’est due qu’à la proximité entre les deux capitales, sans vraiment songer à ce que l’Estonie pouvait avoir à offrir. Finalement, en cinq jours, cette journée fut la plus belle de mon séjour. Tallinn, et surtout son vieux centre, est d’une extrême richesse de par son patrimoine. La présence de populations estonienne et russophone en son sein a amené à la formation d’une ville où se mêlent les cultures qui ne font que la sublimer. 

Pour découvrir Tallinn, il faut se lever tôt ! Débout à 5h du matin pour rejoindre le port à l’ouest d’Helsinki, le Länsisatama. Pour vous rendre en Estonie par le ferry, il vous en coûtera 43 euros aller-retour sur la journée, un investissement qui vaut le coup. Le ferry quitte le port à 7h30 et arrive deux heures plus tard, le temps de traverser le golfe de Finlande. Parti avec la nuit, c’est un beau soleil qui nous accueille à Tallinn. Progressivement, au loin, la ville se dessine : ses églises, ses remparts commencent à percer l’horizon.

Premiers pas dans les rues de Tallinn

En descendant du ferry, impossible de trouver le moindre plan de la ville. Heureusement pour le visiteur, les tours des différentes églises se dressent au loin. Il suffit donc de les suivre et en une dizaine de minutes, on se retrouve face aux remparts de Vanalinn, la vieille ville de Tallinn. En réservant mes billets de ferry pour l’Estonie et en faisant une ébauche de programme pour cette journée, je n’avais que peu regardé à quoi pouvait bien ressembler la ville. Tout pour moi a donc été une surprise, et quelle surprise !

IMG_8495

Dès les premiers pas dans Tallinn, on est plongé dans une ville médiévale avec ses remparts et ses rues pavées. La découverte de la ville est d’autant plus agréable que les touristes sont peu nombreux à être arrivés si tôt dans la matinée. J’ai donc le temps de découvrir tranquillement les rues de la ville, et surtout de descendre la rue Piik, la rue qui rejoint la place de l’Hôtel de ville depuis la porte Margaret au nord (Paks Margareta). Le long de cette rue se dressent des maisons aux façades colorées, des petits restaurants et autres boutiques. Un premier aperçu sur Tallinn qui présage déjà une très bonne journée.

Pikk Tänav • Longue Rue
Pikk Tänav • Longue Rue

Avant de poursuivre ma route, passage obligé par l’office du tourisme de la ville. Vous y trouverez tout un tas de plans, de guides et autres recommandations pour touristes. En cherchant longtemps, aucun document en français ici. La majeure partie des langues européennes et asiatiques sont présentes, mais pas le français. À croire que les Français sont peu friands des pays baltes et de Tallinn. Une sombre erreur au vu de ce que j’y ai découvert.

Toompea, la ville haute

La suite de ma balade m’amène à Toompea, la ville haute de Tallinn. Ce quartier est construit à la manière d’une citadelle médiévale, construite sur une butte, avec ses remparts et la présence de ce qui s’apparente à des douves. En arrivant dans le quartier, se dessine la cathédrale orthodoxe Alexandre Nevsky (Aleksander Nevski Katedraal), construite alors que l’Estonie faisait partie de l’Empire russe. La cathédrale est splendide par son architecture imposante, mais surtout par la beauté intérieure, ses peintures, ses dorures. Malheureusement, il est interdit de prendre des photos à l’intérieur. En y entrant, j’ai eu la chance de tomber en plein service et de pouvoir observer pour la première fois une messe orthodoxe. Elle n’a absolument rien à voir avec les messes catholiques auxquelles nous sommes plus habitués. Ici, pas de chaises, seulement des croyants qui viennent quelques minutes pour honorer leurs saints, puis qui s’en vont. On comprend vite en observant ces Russes orthodoxes que la religion est vraiment très importante pour eux.

Aleksander Nevski Katedraal • Cathédrale Alexandre Nevsky
Aleksander Nevski Katedraal • Cathédrale Alexandre Nevsky

Face à la cathédrale Alexandre Nevsky se trouve le château de Toompea (Toompea loss). Celui-ci frappe par son originalité. En faisant le tour du château, on peut voir les différentes périodes de construction. D’un côté, il est médiéval, construit en pierre, avec des tourelles et des créneaux. Face à la cathédrale, le style est plutôt baroque ou néo-classique et marque par sa façade rose, qui illustre l’influence russe en Estonie. Enfin, une autre partie a été construite dans les années 1920 et dénote par sa façade jaune. Aujourd’hui, le château est le siège du parlement estonien.

À quelques pas de la cathédrale Alexandre Nevsky se trouve la cathédrale luthérienne Sainte-Marie (Toomkirik). Contrairement à la cathédrale orthodoxe, celle-ci est payante. A défaut de payer pour pouvoir la visiter, il est intéressant de simplement y entrer. Les styles sont radicalement différents entre églises orthodoxe et luthérienne. Ici, les murs sont blancs, avec peu de décoration (à l’exception des blasons des anciennes familles nobles d’Estonie).

IMG_8574

En se baladant dans les rues de Toompea, vous découvrirez de nombreux belvédères qui permettent de découvrir Tallinn autrement. S’il fait beau ce jour-là, ces points de vue vous offriront de magnifiques paysages, marqués par les toits rouges de la ville basse, mais également une vue sur les quartiers plus contemporains où la population vit réellement. La vieille ville est surtout composée de restaurants, d’hôtels et d’ambassades. Peu de Tallinnois vivent dans ce centre historique, ils sont sans doute peu nombreux à pouvoir se le permettre.

All-linn, la ville basse

Aux alentours de midi, direction All-linn, la ville basse, et la place de l’Hôtel de ville (Raekoja plats). Celui-ci est réputé pour être le dernier hôtel de ville gothique d’Europe du Nord. Par certains aspects, cette place a des airs de grand’ place flamande, comme on peut en trouver à Bruges. Sur cette même place, vous pourrez vous rendre dans la plus vieille pharmacie d’Europe (Raeapeetk), ouverte depuis 1422. L’échoppe conserve son aspect d’antan, même si les herbes et autres onguents ont été remplacés par de vrais médicaments. Malheureusement, la boutique était fermée lorsque je m’y suis rendu. Vous pourrez également trouver de quoi vous restaurer sur cette même place.

Raekoja Plats • Place de l'Hôtel de Ville
Raekoja Plats • Place de l’Hôtel de Ville

Après le déjeuner, direction l’est de la vieille ville. Les ruelles sont ici plus simples, les habitations plus modestes. Peu de touristes se rendent dans cette partie du vieux centre. Il y a peut-être une raison à cela. En regardant si l’église orthodoxe Saint-Nicolas (Püha Nikolai Imetegija kirik) était ouverte, je me suis fait houspiller par une femme russe et j’ai senti que je n’étais pas le bienvenu. J’ai donc fait demi-tour et suis parti vers l’une des portes de la ville : la porte Viru (Viru värav). Elle marque nettement la séparation entre les vieilles ruelles pavées et les quartiers plus modernes de Tallinn.

Viru Väravad • Porte Viru
Viru Väravad • Porte Viru

Une fois la porte franchie, le style de la ville change radicalement. L’influence russe reste présente, avec la construction de bâtiments colossaux comme l’Opéra national d’Estonie (Rahvusooper Estonia), datant en 1913. Certains des immeubles étaient même occupés par le KGB pendant la guerre froide et la rumeur voudrait que des fichiers sur l’ensemble de la population y aient été conservés. Cette partie de Tallinn est, sans doute, moins intéressante sur le plan du patrimoine, d’où mon choix de vite retourner vers le vieux centre. Passage obligé, cependant, par la place de la liberté (Vabaduse väljak) sur laquelle se dresse une grande croix, qui constitue un monument dédié à la guerre d’indépendance. Les Estoniens se réunissent régulièrement sur la place pour célébrer leur liberté, obtenue après des années d’occupation.

Vabadussõja võidusammas • Colonne de la victoire de la guerre d'indépendance
Vabadussõja võidusammas • Colonne de la victoire de la guerre d’indépendance

Tout au long de ma balade, je n’ai fait que longer des remparts et des tours. Ici, c’est la Kiek in de kök qui se dessine. C’est l’une des plus connues de Tallinn, sans doute à cause de sa taille. Elle est surtout l’entrée de tous les souterrains qui parcourent la vieille ville. Elle est aujourd’hui devenue le musée des fortifications.

Neitsitorn • Tour de la vierge
Neitsitorn • Tour de la vierge

Une fois les remparts passés, on tombe sur le jardin du roi du Danemark (Taani Kuninga Aed). Selon la légende, c’est ici que serait né le drapeau actuel du Danemark. Le roi Valdemar II a conquis l’Estonie au cours du XIIIème siècle et, en arrivant en ce lieu, le drapeau serait descendu du ciel, comme un cadeau offert par Dieu. La légende est depuis devenue célèbre aussi bien en Estonie qu’au Danemark. Dans le parc, trois sculptures représentant des moines un peu effrayants ont été installées.

Snelli Tiik • Etang Snelli
Snelli Tiik • Etang Snelli

La balade se poursuit le long du Snelli Tiik, un étang au cœur de Tallinn qui fait office de douves pour la citadelle de Toompea. La visite de la vieille ville l’aurait presque fait oublier, mais la capitale estonienne est une ville relativement verte, entourée par les parcs et les espaces de verdure. Les Tallinnois s’y baladent d’ailleurs beaucoup. On y voit des colonies entières de canards naviguer sur ces plans d’eau. La balade permet aussi de découvrir la vieille ville autrement, de voir ses remparts en contre-plongée et de découvrir toute la beauté de cette cité médiévale. Une fois n’est pas coutume, il faut franchir une nouvelle fois les remparts, et les deux tours Saunatorn et Nunnatorn, pour retrouver les rues pavées du vieux centre.

Oleviste Kogudus • Eglise Saint-Olaf
Oleviste Kogudus • Eglise Saint-Olaf

Dernière étape de ma balade à Tallinn : l’église Saint-Olaf (Oleviste kogudus). Cette église, haute de 159 mètres, était parfois considérée au Moyen Âge comme la plus haute construction du monde. Pour seulement deux euros, vous pourrez monter en haut de sa tour. On ne va pas se mentir, la montée est très longue, et on est vraiment heureux d’arriver en haut. L’église date du XIVème siècle et les escaliers aussi. Autant dire qu’aucune marche n’est régulière et qu’elles sont particulièrement étroites. Malgré tout, la montée en vaut la peine. Un magnifique point de vue s’offre aux visiteurs courageux et permet de découvrir Tallinn sous tous ses aspects : la vieille ville, le port, les quartiers plus modernes. D’ici, on peut clairement voir la différence de niveau entre Toompea et All-linn. Une visite vivement recommandée !

Aleksander Nevski Katedraal • Cathédrale Alexandre Nevsky
Aleksander Nevski Katedraal • Cathédrale Alexandre Nevsky

Avant de repartir vers le port et reprendre le ferry, petite pause gourmande au Café Maiasmokk, le plus vieux café de Tallinn et d’Estonie. Les pâtisseries y sont relativement chères, mais leur qualité et le café lui-même ne vous feront pas regretter le prix. Un conseil : prenez la pavlova, un gâteau meringué agrémenté de fraises.

Vanasadam • Port
Vanasadam • Port

Après une bonne pause passée à me réchauffer, il est déjà l’heure de repartir. Arrivé à 9h30, le ferry du retour quitte le port de Tallinn à 19h30. Dix heures pour découvrir la capitale estonienne, donc. Dix heures bien rentabilisées par cette longue balade à travers les ruelles aux maisons colorées, entre les remparts médiévaux et dans les différentes églises de la vieille ville. Je repars heureux de cette journée. Heureux d’avoir pu découvrir les pays baltes, même l’instant d’une journée. On parle rarement de l’Estonie, alors qu’elle a énormément à offrir. C’est, sans nul doute, l’une des plus belles villes que j’ai pu visiter. Alors un conseil, si vous passez à proximité de l’Estonie, arrêtez-vous à Tallinn. Vous ne le regretterez pas !

Vous pourriez aimer

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :