Into Norwide, un mois de woofing au cœur de la Finlande

Début septembre, je suis partie dans un chenil perdu en pleine forêt finlandaise, à quelques kilomètres de la frontière russe, dans la région de Hossa. J’y ai vécu la plus belle aventure de ma vie et je vais tenter de vous en faire part.

15877925_10210548627343680_1810906914_o

15877753_10210548644264103_1510569080_o

Jour 1 – 7 septembre 2016

8 heures – Aéroport Paris Charles de Gaulle. L’avion décolle et me voilà partie seule à l’aventure. Enfin cela devient réel. Je reste collée au hublot pendant mes deux vols. Le spectacle que m’offrent les nuages m’émerveille. Il y a un autre monde au-dessus de nous.

C’est, principalement, l’album Animal de Fakear qui a rythmé mes heures de vol.

C’est la première fois que je ressens ce genre de choses : une extrême liberté et légèreté. Je souris naïvement en regardant par le hublot. Je me retiens même de verser quelques larmes – car c’est beau.

Arrivée à Kuusamo, un petit aéroport perdu parmi des milliers de sapins. Les deux garçons que j’avais repérés dans la salle d’embarquement de Paris sont aussi arrivés à Kuusamo. Ils se dirigent vers moi et ce sont bien eux qui vont travailler avec moi sur le chenil. Nous prenons la route. Et là, je sais que j’y suis. Cette interminable route bordée de sapins et autres bouleaux. Peu de voitures, beaucoup de rennes. Enfin, je suis loin de toute préoccupation.

Arrivée au chenil, je me retrouve face à 160 chiens. J’y suis encore plus. Pendant des mois je disais aux gens que j’allais travailler dans un élevage de chiens de traîneau (phrase à laquelle beaucoup de personnes m’ont ri au nez d’ailleurs), mais là c’est devenu réalité. Je suis là, paumée au cœur de la forêt finlandaise, et je vais vivre 24h/24 avec ces chiens. Un cauchemar pour certains, le rêve pour moi. Je fais le tour du chenil, je caresse les chiens. Certains ressemblent véritablement à des loups. Demain, les choses sérieuses commencent.

Voici, en partie, ce que j’ai écrit dans mon carnet de voyage pour cette première journée : j’y ai écrit tous les jours pendant 33 jours. Pour le reste du séjour, je vais tenter de le résumer à travers ce que j’ai pu faire, voir, ressentir.

15878428_10210548629623737_1035820570_o

15878207_10210548703425582_1873979780_o

15909417_10210548864509609_1010550908_o

Je suis partie en Finlande en tant que woofeuse – c’est-à-dire que j’ai travaillé bénévolement dans un chenil en échange d’un toit et de nourriture. Je travaillais une journée sur deux. Pendant mes journées de travail, je m’occupais des chiens et de l’entretien du chenil. Entre vernissage de traîneaux, fabrication de niches, écorçage de troncs, renforcement d’enclos, attelage de chiens, je ne m’ennuyais pas.

J’ai vu le temps passer paisiblement en Finlande ; et en même temps, c’est passé à une vitesse folle. Je me suis sentie utile là-bas, et c’est gratifiant de se lever chaque matin en sachant qu’on va vraiment servir à quelque chose. Je n’ai rien fait d’abstrait pendant un mois, j’étais en plein dans le concret ; je touchais du bois, des êtres vivants, je marchais dans des crottes de chiens et de la boue, j’ai même été traînée sur quelques mètres de gravier par un chien surexcité d’aller courir et encore plein d’autres choses.

Mais c’était un rêve. Mon rêve.

15856951_10210548648624212_26512463_o

Je n’avais tellement pas envie de quitter cet endroit. Il me manquait avant même que je ne le quitte. Si j’avais pu rester encore quelques mois.

Ceux qui ont été le plus difficile à quitter n’étaient pas les personnes avec lesquelles je vivais (même si mes rencontres humaines ont été formidables et enrichissantes), mais les chiens. C’est étonnant de voir à quel point ces boules de poils sont plus douces et attentives que certains êtres humains.

Souvent, j’aimais plonger mon regard dans le leur et je m’y perdais totalement – j’étais même parfois mal à l’aise (dans le sens positif du terme) tellement j’avais l’impression qu’ils lisaient en moi, qu’ils me comprenaient. Vous me prenez peut-être pour une folle mais c’est ce que j’ai ressenti en me noyant dans le regard de Tontu, ou dans celui de Kiwi ou encore dans les yeux du majestueux Aztek ; et même dans les yeux de l’énorme Kublay qui était un peu le chien benêt du chenil, mais tellement attachant.

15878339_10210548937631437_2003095105_o

15878147_10210548686825167_15712297_o

15856952_10210548781027522_2038862006_o

Pendant mes jours de repos, je me baladais. Le soleil m’a souvent accompagnée pendant mes excursions. Parfois, je prenais une voiture afin de m’aventurer un peu plus loin du chenil, et occasionnellement un chien. Mais la plupart du temps, j’étais seule.

J’ai adoré me perdre en forêt, écouter le bruit de l’eau de la rivière qui s’écoule pour me repérer, marcher trois heures au bord de cette interminable route déserte, m’asseoir sur ce rocher ou sur ce tronc d’arbre et écouter le silence. Pendant un mois, c’était ça. Il ne se passait rien. Juste le silence et moi. C’est ça qui est fascinant.

Nous vivons dans un monde où il faut constamment qu’il se passe quelque chose, sinon on s’ennuie. Mais là, j’ai vraiment appris à profiter de ces instants privilégiés, de l’utilité et des bienfaits du calme et de la solitude. Avant de partir, j’avais toujours mon ordinateur allumé pour m’occuper avec des vidéos, des articles ou encore Facebook… Ah Facebook ! Pendant ce mois en Finlande, j’ai désactivé mon compte personnel. Et quel bien cela m’a fait ! (même si certains amis ont cru que j’avais disparu de la surface de la Terre juste parce que j’étais partie de Facebook…) Ne plus voir tous ces trucs inutiles que les gens partagent, aiment ou commentent. Aujourd’hui, je vais l’activer seulement dans les moments où je devrais publier mes articles. J’ai vécu sans internet pendant un mois et ça m’a vraiment fait du bien.

Là-bas, j’ai réussi à m’occuper autrement, à profiter de ces moments pour me retrouver moi-même. Là-bas, j’ai vraiment senti que je vivais. Je me suis sentie vivre. Je me rappelais ce message de mon meilleur ami me disant d’écouter Dancing in the moonlight de Alt-J, de courir jusqu’à ce que je n’en puisse plus, et d’écouter ma respiration. C’est ce que j’ai fait au bord de cette route.

Rien ni personne ne me manquait. Avant de partir, je pensais qu’en voyant ou en faisant certaines choses, j’allais me dire « Oh, j’aimerais tant que un tel / une telle soit avec moi ! » Mais sincèrement, je ne l’ai jamais pensé. Je ne sais pas si cette réaction est cruelle envers mes proches ou juste humaine, mais en tout cas, c’est la vérité. J’étais bien ici, toute seule, enroulée dans ma couverture à observer les aurores boréales, à rouler des kilomètres la musique à fond, à me purifier le corps et l’esprit en faisant des saunas, à observer cette pleine lune à la lueur d’un feu, à pleurer face à des paysages que jamais je n’avais vus, à voir ces chiens courir avec passion, à marcher autour de magnifiques lacs, à savourer le moindre cri de meute que les chiens m’offraient. J’étais bien.

15902488_10210549003953095_797022483_o

15857574_10210548905030622_1459632698_o

15878447_10210548988152700_619916428_o

Ce voyage a été à la fois bénéfique et révélateur pour moi. Bénéfique car il est arrivé à un moment où tout commençait à s’effondrer dans ma vie. Révélateur car comme beaucoup de personnes je répétais que je voulais passer ma vie à voyager, que les voyages c’est la vie etc, mais je n’avais jamais osé le faire – alors qu’en soi, acheter un billet de train / avion / bus est simple et c’est le monde qui nous ouvre ses bras.

Et je suis maintenant fière de l’avoir fait. Au moins je sais que même seule, j’en suis capable. Et cela me motive à aller encore plus loin et à partir encore plus longtemps. Certains me trouveront peut-être ridicule car il s’agissait juste d’un mois au cœur de la forêt finlandaise ; mais, pour ma part, c’est la première fois que je partais seule aussi loin et dans un environnement aussi différent du mien. Et ça a été la plus belle expérience de ma vie. Elle m’a rendue encore plus autonome, indépendante et solitaire. Et ces trois adjectifs sont, selon moi, des qualités qui contribueront à me rendre encore plus forte.

15878572_10210548802668063_1828676605_o

15902507_10210548791787791_444783638_o

15902448_10210548798987971_902139910_o

15877977_10210548737866443_1823142189_o

Avant que je parte, beaucoup riait quand je leur disais « À la rentrée ? Je pars élever des chiens de traîneaux en Finlande ». Ils riaient car nous sommes nombreux à avoir un jour pensé, ou dit, qu’on rêverait de s’exiler dans les montagnes et d’élever des alpagas ou autres lamas.

Mais là, c’était bien réel.

15877723_10210548783227577_40847924_o

15857033_10210548629703739_811901736_o

J’ai aussi fait de belles rencontres – des personnes aux horizons différents, mais qui partageaient des visions sur la vie similaires aux miennes.

Maintenant, je sais que j’ai envie, et surtout besoin, de fuir cette France qui m’oppresse et de découvrir le monde. Maintenant, je sais que la vie que j’imagine pour moi est possible et réalisable.

15857308_10210548554381856_862902512_o

15857253_10210548791667788_999777811_o

15909190_10210548938671463_709448944_o

Je n’ai vu qu’une seule fois des aurores boréales. Comme chaque soir, je me couchais en jetant un dernier coup d’œil par la fenêtre, juste au cas où. Et là, je ne rêvais pas. Il s’agissait bien d’aurora borealis ! Je me saisis de mon appareil photo afin d’essayer d’avoir un souvenir matériel de ce moment. Je savais que c’était une chose compliquée mais je voulais immortaliser cet instant – d’où la qualité quelque peu médiocre de ma photo…

Je m’enroule dans ma couverture, je sors de la tanière (nom de notre maison) et je regarde, seule, ce spectacle alors inédit pour moi. C’était fascinant.

15908955_10210548810348255_2128086369_o

15902802_10210548896190401_1072502865_o

15878553_10210548892630312_699914222_o

15856926_10210548919470983_1249470797_o

15878284_10210548908750715_2075619631_o

15878558_10210548874149850_1486588850_o

J’ai réalisé une vidéo sur mon mois passé en Finlande (à retrouver à la fin de l’article). Cette vidéo retranscrit parfaitement l’ambiance qui régnait et l’état d’esprit dans lequel je me trouvais. Certains de mes amis et connaissances ont trouvé que de nombreux plans étaient trop longs ou qu’il « ne se passait rien ». Mais en fait, c’est ça, il ne se passait rien. C’est ce que j’ai essayé d’illustrer au mieux – que ce soit à travers mes photographies ou ma vidéo. Il ne se passait rien. Il y avait juste le silence. Rien ne pouvait m’arriver, ni même m’atteindre.

J’ai beaucoup déambulé seule, en pleine forêt ou au bord des routes, et ce, sans jamais craindre quoi que ce soit. Je me souvenais de la voix de ma mère me disant de faire attention – mais à quoi ? Ici, j’ai enfin pu vivre sans faire attention à quoi que ce soit. J’ai enfin pu me contenter de vivre pleinement. Je me suis enfin sentie légère, pour la première fois depuis de nombreux mois – voire pour la première fois de ma vie, réellement.

15902729_10210548782507559_1135313792_o

15877991_10210548951711789_1411417157_o

15909396_10210548844509109_1889074895_o

C’est pour cela, donc, que ma vidéo comporte de nombreux plans fixes. C’est ce qui se rapprochait le plus de la réalité de mon séjour: une perpétuelle contemplation.

15878136_10210548645584136_1978560633_o

15877776_10210548636063898_1934489189_o

15877773_10210548788107699_1743299993_o

J’étais vraiment triste de revenir en France. Mon premier vol qui allait de Kuusamo à Helsinki, je l’ai passé en larmes.

Mais, s’il y a une chose qui m’a réconfortée à mon arrivée à l’aéroport de Paris, c’est bien le moment où j’ai vu le visage de ma mère s’illuminer lorsqu’elle m’a aperçue.

15902796_10210548647864193_391262552_o

15857038_10210548791947795_2109609171_o

15909052_10210548791987796_1222549351_o

J’espère que le récit de mon aventure finlandaise et les photos qui l’accompagnent vous auront plu, voire fait voyager. En attendant un prochain voyage, je vous laisse avec le lien de ma vidéo et une liste des musiques qui ont rythmé mon séjour.

15857788_10210548991832792_238941898_o

15909407_10210548926151150_1836674993_o

Playlist : Fakear , La Femme , Ed O.G. & Da Bulldogs , Roosevelt , Casseurs Flowters , Mac Demarco , Flume , Chinese Man , Caribou , Beach House .

La lecture vous a plu ? Vous pouvez retrouver les autres articles d’Amandine Lemoine sur son blog, en cliquant ici

Vous pourriez aimer

  1. Salut Amandine! Je sais que ton article date un peu, mais je souhaite partir moi aussi en woofing cet été et ton woof à l’air vraiment top!! Tu crois que tu pourrais me retrouver les coordonnés de tes woofeurs où leur page du site? Bisous à toi.

    1. Salut Nina ! Effectivement, c’était vraiment l’endroit parfait pour faire un woofing ! Alors je te mets le lien de leur page Facebook juste en-dessous. Par contre pour cet été ça semble compromis pour toi (du moins à Norwide), car j’y retourne en août et ils sont déjà complets niveau woofeurs. Mais n’hésite pas à entrer en contact avec eux ! Bonne aventure à toi !

      https://www.facebook.com/NorwideFinland/?ref=br_tf&sw_fnr_id=28450128&fnr_t=0

  2. Bonjour Amandine,
    Super article, ça donne envie ! Aurais tu le contact de cette famille chez qui tu étais ? Tu l’as peut être mis mais je n’ai pas su le retrouver dans ton article.
    Je souhaiterais partir en novembre/décembre ou janvier pour un mois.
    Merci à toi,
    Marie

    1. Bonjour Marie,
      Merci pour ton compliment, ça fait plaisir ! Alors ce n’est pas une famille mais une entreprise française de séjours sportifs qui est basée en Finlande. La base où je suis allée s’appelle Norwide et il te suffit d’aller sur leur page “Norwide Finland” sur Facebook et tu pourras entrer en contact avec eux.
      Bonne journée,
      Amandine

  3. Bonjour Amandine,
    Ton article est super, ça donne tellement envie! Alors je sais que ton article date un peu…mais avec mon copain on aimerait beaucoup partir faire une saison en Finlande, on y est allé en vacances en Janvier dernier et on est tombés amoureux du pays!
    Du coup je me demandais comment tu avais fait pour trouver ton entreprise? Es-tu allé sur un site spécialisé?
    Merci pour ton aide..
    Bonne journée
    Elodie

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :