Un week-end pour découvrir Turku

Cela fait déjà une semaine et demi que Lucie est partie s’expatrier au cœur de la Finlande, à Tampere, là où elle poursuivra ses études. Pour son premier article sur Ruska, elle vous fait découvrir Turku, ville du sud du pays, entourée par un archipel de quelques 20 000 îles. Immersion. 

Turku, l’ancienne capitale finlandaise

Une semaine et demi après mon arrivée, un petit weekend s’organise pour partir dans le Sud de la Finlande et découvrir Turku et son archipel. Comme je vous l’ai dit dans mon dernier post, une rencontre dans un bar peut devenir un compagnon de voyage et c’est ce qui s’est passé. Cela peut vous paraitre bizarre, mais ici tout le monde se connait depuis un mois tout au plus, je connais mes plus proches amies que depuis trois semaines. Nous sommes donc parti-e-s, à cinq : Manon, Kathrin, Niklas (le nouveau venu), Charlotte et moi. Il s’est avéré que Niklas ronflait, énormément et très fort. Très mauvais choix donc. Note pour plus tard : ne pas parler de voyages dans un bar.

Turku ! L’ancienne capitale de la Finlande nous accueille donc pendant toute une journée après deux heures de bus. Point info : les bus et les trains sont très abordables, le trajet depuis Tampere coûte environ 7-8€ si vous êtes en petits groupes. La ville se laisse découvrir. L’arrivée à la station de bus laisse un peu de marbre, comme la plupart du temps dans un gare routière. C’est en se baladant un peu ou en se perdant dans la ville que l’on peut découvrir le charme de Turku. La ville est traversée par une rivière, l’Aurajoki, et il est très agréable de se balader sur les berges, ou de s’asseoir à la terrasse – quand le temps le permet – d’un des nombreux cafés qui la bordent.

La ville regorge de monuments très spéciaux. Je pense que même ses habitants ne les comprennent pas tous. Une cathédrale luthérienne trône au milieu d’une place pavée. Elle date du XIIIème siècle et abrite quelques sarcophages et de jolies fresques. En nous baladant dans la ville et en suivant notre bon vieux guide du Routard, on a découvert le château de Turku. Il faut que je vous dise que la réalité est très différente de la description. « Cette impressionnante forteresse ». Mmm. Impressionnante n’est pas le mot que j’aurais employé. Le château reste un bel endroit à visiter, l’intérieur est beaucoup plus intéressant.

Après une virée dans un club de la ville – club que je ne recommande vraiment pas : macarena, musique des années 2000 tout le temps, aucune transition entre les musiques à croire que tout le monde pourrait être un DJ en Finlande -, nous avons pris le bus puis le ferry pour rejoindre la première île de notre trip : Nagu.

Un archipel de 20 000 îles au cœur de la mer Baltique

Quand on prend le bus en Finlande, tout est très différent. La première différence notable, c’est certainement la ponctualité. La deuxième et la plus importante, c’est ce qu’on voit à travers les vitres. Des arbres, partout. J’avais l’impression d’être dans un film de road trip hollywoodien, genre « Into the wild ». Le ferry était aussi un expérience incroyable. On naviguait sur la mer Baltique, entre les îles de l’archipel. Tout autour de moi était comme dans un film en noir et blanc. Les paysages, le ciel, la mer n’étaient que des nuances de gris, toutes différentes les unes des autres. Nous avons ensuite accosté et j’ai découvert l’île de Nagu.

Le centre-ville est aussi le port, pourtant Nagu fait partie des plus grandes îles de l’archipel qui rassemble pas moins de 20 000 îles ! Le centre-ville donc est une suite de petits chalets finlandais, bordeaux aux encadrements blancs, qui au choix peuvent être des restaurants, des bâtiments publics ou des petits commerces. Pourtant sur l’île, l’essentiel n’est pas de visiter mais de marcher. Alors, nous avons suivi le trail de l’ours qui conduit dans les bois et au bord de la mer. C’était comme suivre Alice aux pays des Merveilles. Les arbres sont immenses, des champignons se cachent dans tous les recoins et sur le chemin, personne sauf nous. Des bancs sont posés ici et là, à la libre disposition du passant qui voudrait prendre un peu de temps pour écouter le silence et regarder l’horizon baltique.

Pargas

Pourtant c’est sur l’île de Pargas que nous avons décidé de passer la nuit, dans un camping (le seul de l’île en fait) en pleine nature. Un lac à côté de nous, la forêt derrière, j’aurais pu me sentir seule au monde si les ronflements du seul garçon du voyage ne m’avait pas ramenée à la civilisation.

De retour à Turku pour nos dernières heures dans le Sud de la Finlande, nous avons visité le musée contemporain et archéologique de la ville qui nous laisse entrevoir la vie finlandaise des siècles auparavant et retrace l’art du XXème siècle. L’heure du retour approchait.

Ce premier petit voyage m’a fait beaucoup de bien. Je préfère définitivement Tampere à Turku mais l’île de Nagu est incroyablement belle. J’espère me sentir de plus en plus chez moi en Finlande, en découvrant sa culture et ses paysages.

Vous pouvez retrouver tous les articles de Lucie sur son quotidien en Finlande en vous rendant sur son blog personnel : Finnish Cultural Shock.

Vous pourriez aimer

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :