Ruska

Les mots sont à tout le monde, jusqu’à ce que vous prouviez que vous êtes capable de vous les approprier.

La Vérité sur l’affaire Harry Québert, Joël Dicker.

Ruska, c’est ça. C’est l’appropriation des mots à notre propre compte. C’est l’appropriation d’une actualité, d’un événement, d’un débat public sur lequel nous posons notre regard. C’est laisser libre cours à l’imagination et à la plume de ses rédacteurs. C’est mettre des mots sur les pensées du quotidien, sur ce qui nous touche, nous trouble, nous énerve. C’est utiliser les mots pour raconter son dernier voyage, pour écrire sur l’actualité  politique, pour parler du dernier livre à la mode. C’est la liberté d’utiliser les mots pour exprimer notre regard et notre opinion.

Nous ne publierons pas au quotidien, refusant de tomber dans une dynamique de l’instantané. Nous privilégierons la réflexion et l’amour des mots. Nous n’avons pas la prétention expresse d’apporter un nouveau regard sur l’actualité ou un nouveau souffle à son analyse. Nous ferons preuve d’une subjectivité qui nous est propre, et nous ne chercherons pas à énoncer une absolue vérité. Nous souhaitons simplement écrire, écrire sur ce qui nous plaît et nous fait vibrer.

Ruska, c’est de la politique, de la passion, de l’actualité, de la culture, de l’international, du voyage, de l’art, de l’économie. Ruska, c’est nous.

Vous pourriez aimer

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :